Tuesday, December 1, 2020

Séoul : Penser l'urbanité en Corée du Sud

 Lorsque nous parlons d'urbanité, l'opposition entre campagnes et villes nous vient naturellement. Pourtant cela n'était pas le cas à l'époque de Chosŏn. A cette époque la capitale est avant tout vue comme le lieu dans lequel le roi et sa cour font preuve de vertu morale, c'est aussi le lieu ou l'on vient pour devenir fonctionnaire. En 1894 des révolutions paysannes éclatent face à l'inaction du pouvoir quant à la pauvreté et aux inégalités de la société aristocratique sur laquelle profite les Yangpan. Le modèle du paysan reculé des affaires de la ville prend de l'importance dans l'imaginaire collectif. La distinction entre ville et campagne apparaît véritablement avec la colonisation japonaise lors de laquelle naît la fonction moderne de la ville. Elle devient un lieu densément peuple qui donne la priorité au commerce. A la fin de la guerre, les villes coréennes gagnent encore en importance, la dictature militaire fait du logement une de ses priorités avec le développement économique comme l'illustre le slogan de 1960 : « le vêtement », « la nourriture », « la maison ». La Corée du Sud passe alors d'un taux d'urbanisation de 28 à 80% dans de 1960 à 1990. Les logements sont standardisés et des grandes zones d'habitations sont construites par des chaebŏl proches du gouvernement, c'est le modèle des tanji. Les architectes n'ont que peu de marge de créativités et sont avant tout considérés comme des exécutants. Le but des plans de logements sont d'abord la quantité et l’efficacité.












Monday, November 30, 2020

Wonsan, un champ expérimental pour l'ouverture de RPDC?

     En 2018, le président Kim Jong Un a pris le décision de construire une zone touristique qui se trouve à la ville Wonsan, une ville de port au côte est de la Corée du Nord, 180 kilomètres de Pyongyang, et le plus important, très proche de la Corée du sud. La zone touristique Wonsan-Kalma sera, selon le reportage, l'essai primordiale de Nord en écomonie de marché. Wonsan est une ville idéale, premièrement, elle a une belle paysage de la mer et la plage, deuxièmement elle est proche de Sud, peut attirer les touristes sud-coréens ainsi détendre la tension et réétablir une relation stable sur la péninsule, troisièmement, en tant que l'ancienne base militaire, la ville a un aéroport qui devient maintenant un aéroport civil, qui favorise à la transport et la circulation. 

     La construiction de la zone va sans aucun doute apporter des investissements à l'État et la ville,  ceux des pays voisines mais aussi des États-Unis, créer ainsi pour eux-même une environement extérieure favorable. C'est urgent de réformer l'économie pour Kim, non seulement à cause de la pauvreté et la fermeture, mais aussi parce que son gouvernance risque d'être déstabiliser si la situation ne s'améliore pas. L'investissement étranger sera d'abord arrivée à l'échelle nationale, les monnaies fortes ne sont pas une risque pour la régime et la gouvernance de Kim. Cependant, si la réforme s'approfondit, il va sans aucun doute toucher le fond de la politique économique. Si RPDC a l'intention de s'ouvrir vers le monde extérieur, il peut inspirer par le modèle de Vietnam ou le succès de la Chine, cependant, il semble que ce n'est pas l'objectif du président Kim, il préfère une économie menée par l'État qu'une liberté même relative pour la marché intérieure et internationale. Si le tourisme en Corée du Nord fonctionne ou pas reste encore une problématique vue la situation imprévues de 2020, il faut, pour toutes les pays, de se tourner vers l'impulsion de la demande intérieure.

Tuesday, November 24, 2020

Wonsan et son développement touristique

Les projets de Kim Jong-Un pour la ville de Wonsan sont clairs : en faire une zone touristique, permettant ainsi de développer l'économie nord-coréenne. Située sur la côte ouest de la Corée du Nord, à 180 kilomètres de Pyongyang, la ville de Wonsan pourrait être l’endroit idéal pour développer le tourisme en Corée du Nord. De plus, cette ville est proche de la Corée du Sud, ce qui pourrait permettre à de nombreux touristes provenant de la capitale sud-coréenne de se rendre très facilement jusqu’à Wonsan en prenant simplement le train. La Corée du Nord prévoit ainsi d’investir plus de 7 milliards de dollars dans ce projet d’ici 2025, dans le but d’attirer un million de touristes étrangers. Kim Jong-Un semble s’inspirer du développement social et économique de Singapour, dont l’économie est majoritairement influencée par son tourisme. Le développement touristique de Wonsan pourrait être une première étape vers l’ouverture de l’économie nord-coréenne. Certains experts affirment que Kim Jong-Un ouvrira peu à peu l’économie de la Corée du Nord, graduellement, par peur qu’une trop grande liberté économique soudaine ne déstabilise le régime et ne lui fasse perdre son contrôle sur le pays. Ce projet de développement du tourisme sans réformes économiques internes (le droit à la propriété privée, par exemple) pour le soutenir démontre l’intention de Kim Jong-Un de suivre un modèle de développement économique dirigé par l’état. Quoi qu’il en soit, il semblerait que le chef d’état nord-coréen soit prêt à favoriser l’économie plutôt que l’idéologie de son régime.

Stella REUSE.

Monday, November 23, 2020

La Corée du Nord : entre libéralisation économique et stabilité politique

 La Corée du Nord est connue pour être une des dictatures les plus dures du monde, mais aussi pour le décrochage économique puis les graves famines qu'elle a subi dans les années 90 du fait de la fermeture du régime au reste du monde.

La Corée du Nord fait l'objet de sanctions économiques internationales mises en place par les États-Unis.  Ces sanctions mettent le dictateur Kim Chŏng-ŭn sous pression puisque sans entrées d'argent le régime pourrait s'en trouver déstabilisé. 

C'est pourquoi, afin de négocier une levée des sanctions, le 12 Juin 2018 à Singapour, le dictateur a rencontré le président des États-Unis Donald Trump. Mais la position du gouvernement américain est que, pour obtenir une levée des sanctions, la Corée du Nord doit abandonner son arsenal nucléaire. Or, cette proposition est intenable pour la Corée du Nord, qui la rejette catégoriquement. 

Afin de développer son économie, le régime Nord-coréen souhaiterait développer la zone touristique de Wŏnsan. Le lieu possède de nombreux avantages, le paysage y est magnifique et il est proche de la Corée du Sud ce qui permettrait aux touristes Sud-coréens de venir visiter le lieu facilement. Enfin et surtout, le tourisme permet au régime d'obtenir des monnaies étrangères sans avoir à changer profondément la structure du régime. 

Les difficultés face à ce projet sont nombreuses, la Corée du Nord aurait besoin d'investissements étrangers ce qui est impossible tant que les sanctions internationales ne sont pas levées. De nombreuses infrastructures sont à prévoir : eau, électricité, réseau téléphone et internet. De plus, dans le passé des incidents ont éclatés, une touriste Sud-coréenne avait été tuée par un soldat nord-coréen. Le régime Nord-coréen possède une image catastrophique à l'international, peu de personnes seraient donc prêtes à faire confiance au gouvernement pour venir visiter le pays.

Développement de l'industrie touristique à Wŏnsan

 La RPDC a décidé de créer Wonsan-Mt. Zone touristique internationale de Kumgang à Wonsan-Mt. La région de Kumgang dans la province de Kangwon pour redynamiser la tournée internationale des sites pittoresques de la région de Wonsan et des sites pittoresques de la côte est en cours de transformation en destinations touristiques internationales. La zone touristique internationale comprend des zones de Wonsan, la station de ski de Masikryong, les chutes d'Ullim, le temple de Sokwang, Thongchon et le mont. Kumgang.

Wŏnsan est une ville portuaire et une base navale sur la rive ouest de la mer du Japon (mer de Corée orientale) et la capitale provinciale. Wonsan a ouvert en tant que port de commerce en 1880. Son nom d'origine était Wŏnsanjin, mais il était également connu sous le nom russe de Port Lazarev, sous la domination japonaise (1910–45), il s'appelait Gensan. La population de la ville était estimée à 331 000 habitants en 2000, ce qui fait de Wonsan la 5ème plus grande ville de Corée.

Cependant, il existe plusieurs problèmes pour le développement de l'industrie touristique. Au fil des années, la croissance du tourisme en Corée du Nord a pris du retard par rapport à la croissance du tourisme mondial. Ce retard peut être attribué aux tensions politiques et militaires dans la région car le tourisme est très sensible à la situation politique et aux menaces sécuritaires. Les deux Corées sont confrontées à des défis politiques et économiques importants, dont le tourisme fait partie des secteurs dont la croissance et la prospérité pourraient bénéficier davantage de la paix.

Saturday, November 21, 2020

Wŏnsan, paradis touristique

    Wonsan, Genzan en japonais, est une ville portuaire de Corée du Nord ayant vu grandir Kim Jong-Un. Cette ville, ancien port militaire japonais a aujourd’hui grandement changé. Abritant plusieurs industries alimentaires, textiles… Elle est surtout unique par sa dimension touristique. D’abord considérée comme une destination de repos pour les chefs du Parti, Kim Jong-Un a, ces dernières années, entamé des projets de développement pour cette ville afin d’en faire une destination touristique. En effet, cette ville présente de nombreux attributs l’avantageant. Tout d’abord, elle dispose d’un aéroport, originellement réservé à un usage militaire, mais qui est aujourd’hui ouvert au transport, faisant des trajets en Wonsan et Pyongyang. Elle possède aussi une infrastructure balnéaire déjà présente qu’il suffira de développer. Mais ce n’est pas tout, elle est à proximité de la Montagne de diamant, lieu touristique d’importance capitale pour la ville, mais aussi est à proximité de la Corée du Sud. Wonsan semble ainsi toute désignée à devenir une capitale touristique pour la Corée du Nord. Cependant, sa situation n’est pas sans rappeler celle de Kaesong, à la différence qu’il ne s’agit pas d’une Région Administrative Spéciale. 

    Cependant, la Corée du Nord est prise dans un cercle vicieux. Ne souhaitant pas se dénucléariser soudainement, elle reste affectée par les restrictions internationales, qu’elle pourrait contourner si elle pouvait obtenir de la monnaie étrangère, ce qu’elle pourrait réaliser si elle développait son tourisme, ce pour quoi il lui faut se débarrasser des restrictions internationales. Ce qui ne poserait pas de problème à la Corée si elle restait renfermée sur elle-même. Cependant, Kim Jong-Un est aujourd’hui conscient que cela n’est pas possible pour la pérennité du régime. Le développement de Wonsan, pour peu qu’il soit couronné de succès pourrait être une brèche que la Corée du Nord pourrait enfin percer afin de sortir du cocon dans lequel elle s’est enfermée, cependant, il lui faudra faire attention à ce que Wonsan ne connaisse pas le même sort que les RAS, ou pire, qu’une nouvelle restriction nationale découle d’un débordement du Parti et décourage le tourisme à Wonsan.   


Friday, November 20, 2020

Wŏnsan et la montagne de diamant : avantages et défis à relever

Depuis quelques années, Kim Jong Un cherche à développer le port de Wŏnsan en y construisant une zone touristique conséquente. Cette zone touristique de Wŏnsan représente un atout majeur pour le développement économique de la Corée du Nord. En effet, le tourisme représente en lui-même la manière la plus efficace et la moins intrusive pour faire entrer des devises étrangères au sein de la RPDC sans devoir forcément en changer le régime politique. Outre le tourisme, elle permettrait aussi le développement d’autres secteurs intérieurs, comme le transport aérien, et les secteurs ayant un lien étroit avec le tourisme comme par exemple l’hôtellerie. La zone touristique est d’ailleurs bien placée : non seulement elle se trouve à proximité de montagnes et de plages, ce qui pourrait attirer une variété de touristes, elle est aussi proche de la Corée du Sud, ce qui permettrait à des touristes sud-coréens d’y accéder facilement avec des lignes de transport ferroviaires. Si ce projet devient fructueux, il pourrait permettre à la RPDC de s’ouvrir un peu plus internationalement.

Cependant, cette ouverture au tourisme doit faire face à plusieurs obstacles : en premier lieu, afin d’arriver à développer convenablement la zone, la RPDC devrait faire lever de lourdes sanctions lui ayant été imposées par d’autres pays sur des matières premières comme le charbon ou le fer. Cependant, la plupart de ces sanctions ne seraient levées que si la RPDC se dénucléarise, ce qui nous amène au deuxième obstacle faisant face au développement du tourisme nord-coréen : quel choix sera fait, dans le futur, entre l’ouverture de la RPDC au tourisme et à l’économie internationale et le contrôle d’une main de fer de l’Etat sur le pays ? En effet, aux yeux des dirigeants nord-coréens, la dénucléarisation pourrait être un signe que le parti unique perd le contrôle sur le pays, et il est encore incertain pour le monde de savoir si les dirigeants de la RPDC accepteront de faire des compromis sur leur idéologie politique pour permettre un développement économique.